L’exploitation pétrolière….à tout prix ?

Mardi le 29 janvier – Gaspé

Depuis quelque temps, le sujet sur toutes les lèvres dans la ville et un peu partout en province est, « Pétrolia vs le maire François Roussy », ou bien « David vs Goliath ». Comme vous le savez, la compagnie pétrolière Pétrolia est installée à Gaspé depuis quelque temps et prépare l’exploitation de sa « mine » d’or noir.

À la fin décembre, la mairie instaure un règlement sous la juridiction municipale afin de préserver nos sources d’eau potable soit en empêchant des forages d’avoir lieu à moins de quelques kilomètres d’une zone ayant un puits ou une source d’alimentation de l’aqueduc. Pour moi c’est très sensé étant donné la découverte de traces de pétrole dans les ruisseaux à Haldimand il y a quelques années.

Je partage ici une image présentée par la ville de Gaspé dans les derniers jours afin d’illustrer la proximité aux zones habitées, de conservation et touristiques à risque dans la région.

Image

Source : http://www.facebook.com/photo.php?fbid=421297464617660&set=a.421297451284328.53380270.413931952020878&type=1&theater

J’aimerais m’attarder à la question de la création d’emploi dans la région en lien avec l’exploitation pétrolière. Premièrement quand Pétrolia promet des centaines d’emplois dans la région, j’ai une certaine réserve face à ceci… il s’agît d’emplois pouvant être crées à partir du concept de l’exploration pétrolière, un peu comme certaines compagnies locales on fait pour les éoliennes, soit se spécialiser dans une petite partie du travail nécessaire. Considérant qu’en moyenne une PME en région emploie moins de 100 personnes (en Gaspésie, on pourrait se rapprocher d’une vingtaine), il faudrait carrément une EXPLOSION du milieu pétrolier pour réussir à embaucher autant de gens ici en région.
D’autres propos que j’ai entendus dans les dernières semaines sont au sujet des redevances dans le milieu pétrolier. L’argent que la compagnie de forage devra débourser n’ira pas directement à la municipalité, mais bien au gouvernement provincial et réparti dans le budget. Indirectement, Gaspé reçoit une part du gâteau… mais à quel prix? Devons-nous risquer la contamination de notre région qui est fortement axée sur le tourisme pour une poignée de dollars? Est-ce dans l’intérêt de notre région de viser sur un développement économique risqué plutôt qu’un développement durable?

Comme vous le savez peut-être, toute exploitation minière au Québec est soumise à la loi sur les mines datant de près de 130 ans déjà…d’une autre génération, d’un autre siècle…. depuis 130 ans les mentalités, les conditions et surtout l’occupation du territoire à changé. Une modification de cette loi pour la préservation de l’eau et du bien-être des habitants près des sites de forage est nécessaire!

Pour terminer, il faut se rappeler que le règlement à Gaspé n’empêche pas TOUT forage, mais l’éloigne des points d’eau pour conserver la nappe phréatique… soit moins de 20 % du territoire…

Le pétrole n’est pas une ressource qui doit absolument être exploité immédiatement…. le pétrole n’a pas de date de péremption, le temps n’est pas compté…. sauf dans le point de vue de la compagnie pétrolière qui ne pourra pas se remplir les poches immédiatement.

Par contre, soyons prudents… la polarisation du débat pourrait devenir malsaine pour notre région, que nous soyons pour ou contre l’exploitation pétrolière, il ne faut pas oublier qu’avant tout nous sommes Gaspésiens!

Publicités

La vie
se compose de rares instants isolés, suprêmement chargés de sens, et
d’intervalles infiniment nombreux dans lesquels nous frôlent tout juste
les ombres de ces instants. L’amour, le printemps, une belle mélodie, la
montagne, la lune, la mer – toutes choses ne parlent pleinement au cœur
qu’une fois, à supposer qu’elles trouvent jamais à s’exprimer
pleinement. Car beaucoup de gens ne connaissent absolument aucun de
ces moments et sont eux-mêmes des intervalles, des silences dans la
symphonie de la vie réelle

Friedrich Nietzsche dans  »La petite aiguille de la vie »

La vie se compo…

Le Festival Musique du Bout du Monde 2012 selon Ferguson

Dans les dernières années les occasions ont étés peu nombreuses pour moi de visiter le FMBM dans ma ville natale, étant toujours à l’extérieur ou très occupé lors de l’évènement. Cette année j’ai manqué le spectacle du jeudi soir: Kobo Town et Vincent Vallières. Le vendredi soir j’ai été fort impressionné par le spectacle de SMOD mais mon article se concentre surtout sur le samedi soir.


Samedi, journée parsemé de pluie, mais une fin de soirée très calme sans une moindre goutte qui tombe sur nos têtes. J’y suis avec plusieurs amis, le chapiteau est totalement rempli, l’ambience est festive.

Damien Robitaille, Marie-Pierre, Wesli et plusieurs autres sont accompagnés d’un orchestre  »enflammé » percussions, trompettes, clavier, batterie, basse et biensûr guitares électriques.

Damien Robitaille m’a agréablement surpris par son humour omniprésente, son attitude sur scène et par son talent. Le franco-ontarien qui était également porte-parole du festival pour cette année nous a offert plusieurs extraits de ses deux albums studio ainsi que du matériel inédit. Suite au spectacle j’ai pu avoir quelques minutes avec Damien pour discuter avec lui au sujet du spectacle et autre:

Plus tard dans la soirée j’ai également pu interviewer Marie-Pierre Arthur, je crois que c’est elle qui m’a le plus surpris dans la soirée, par la justesse de sa voix, son energie interminable sur scène et par la sonorité beaucoup plus rock que sur les disques. C’était très important pour moi de pouvoir lui poser quelques questions puisqu’elle venait de jouer devant une foule de son coin de pays:

Finalement une autre découverte pour moi, l’artiste Haïtien nommé Wesli, chanteur, auteur, interprète et musicien dans l’âme. D’un style qui se rapproche du funk, R&B et reggae, il a su faire vibrer la foule sous le chapiteau avec la diversité des rythmes et par la richesse de ses textes. Un ajout définitif à ma  »playlist » au quotidien!  Voici le court entrevue réalisé avec Wesli autour d’une table en arrière scène:

Également deux extraits à écouter ABSOLUMENT:

   

Finalement j’aimerais terminer avec une formation qui était de passage sur la rue de la Reine samedi après-midi, un reggae Québecois en quelque sorte, je n’ai pas vu le spectacle, mais je suis tombé en amour avec l’album  »Les fauves »  de Écho Kalypso,

Bonne écoute!

Crédit photos: Katy Morin

L’été barbecue à Ferguson

C’est l’été, il fait beau, la température dépasse les 25-30 degrés celcius et çela sans même compter le facteur humidex!  Une de mes choses préférés à faire l’été, c’est cuisiner sur le barbecue. Voilà pourquoi je partage avec vous ma recette préféré que j’ai modifié à ma propre  »sauce ».

La recette est simple, une sauce barbecue au Jack Daniel’s (whisky)

Ingrédients:

Jack Daniels, une bouteille de 13 onces

3 / 4 tasse d’oignon haché

4 gousses d’ail, hachées finement

2 tasses de ketchup

1 / 3 de tasse de vinaigre

3 cuillères à soupe sauce Worcestershire

1 / 2 tasse de cassonade, bien tassée

3 / 4 tasse de mélasse

1 / 2 cuillère à thé de poivre

1 / 2 cuillère à soupe de sel

1 / 4 tasse de pâte de tomate

3 cuillère à thé de fumée liquide ( Épicerie, ou boutique spécialisé 3-4 $ pour une bouteille)

4 c. à thé de sauce Tabasco

Préparation:

Mélanger l’oignon, l’ail et Jack Daniels dans une casserole. Faire sauter jusqu’à ce que translucide, environ 10 minutes ( vous pouvez faire flamber le Jack Daniel’s aussi!). Ajouter les ingrédients restants, porter à ébullition. Laisser mijoter à découvert jusqu’à réduction et épaississement, environ 15 à 25 minutes. La sauce devrait être très épaisse et consistante.

Ajouter plus de Jack Daniels, si une saveur plus forte est souhaitée.

Maintenant vous avez deux options:

1)Soit vous débutez la cuisson de côtes levées, et vous appliquez généreusement cette sauce partout sur la pièce de viande.

2)Laisser refroidir, verser la sauce dans la bouteille de Jack Daniel’s vide, et conservez au frigo!

3) Rajouter la sauce sur votre choix de viande ou dans votre recette

Maintenant tout bon barbecue se doit d’être accompagné d’un breuvage pour la visite, Je n’ai pas encore de nom pour le breuvage mais par contre je vous invite à commenter avec vos suggestions!

-1oz de Jack Daniels

-1/2 once de Southern Comfort

-une demi bière ( de préférence blonde)

-7-up

-tabasco

Dans un grand verre, mettez 2-3 glaçons, ajoutez l’once de Jack daniel’s ainsi que le Southern Comfort, versez la demi-bière, rajoutez du 7-up pour remplir le verre, et finalement aoutez 4 goutes de tabasco pour   »pimenter » le tout!

À déguster en bonne compagnie et bien sûr avec la recette de sauce! J’attend vos commentaires

Enjoy !

Profilage politique et conseils

À la suite de mon post sur l’expérience sociale réalisée par Le Devoir, j’ai continué à me promener en ligne pour trouver d’autres informations au sujet de l’article 31 du code criminel ainsi que d’autres témoignages surles réseaux sociaux.

Rapidement j’ai trouvé un extrait de Me Marie-Ève Sylvestre, professeure de droit et membre du barreau ( au niveau des droits de la personne ) Voici donc l’extrait en question:

Source: Page 11 de  http://www.barreau.qc.ca/pdf/journal/vol43/201105.pdf.

Selon  plusieurs témoignages receuillis sur les réseaux sociaux les arrestations semblaient arbitraires ou ciblés vers les gens portant un carrée rouge, également beaucoup de témoignages racontent que les policiers ont empêchés les gens de circuler jusqu’au secteur du grand prix, certains n’ont même pas eu accès à la Ronde. Voici donc deux témoignages que j’ai décidé de partager avec vous!

Je suis encore sous le choc de ce qui vient de m’arriver. Ce dimanche 10 juin 2012, vers 12h25, j’étais à l’intérieur de la station Berri-Uqam. Deux agents de police du SPVM m’interpellent. Précision importante : je porte le carré rouge comme je le fais presque tous les jours depuis plusieurs mois maintenant. On me demande ce que je transporte dans mes sacs. Je réponds le plus honnêtement du monde: des livres, quelques papiers, mon portefeuille, etc. J’ai aussi mon iPad dans les mains. Les deux policiers insistent pour fouiller mes sacs. Je leur demande poliment s’ils ont un mandat à cet effet. C’est alors que l’un d’eux m’attrape rapidement par le bras et m’enserre violemment le poignet pendant que l’autre s’éloigne avec mon sac et mon iPad. Celui qui me tient me dit qu’ils n’ont pas besoin de mandat, qu’ils ont le droit de fouiller qui ils veulent, en vertu d’un règlement de la STM, soit le règlement AC-3, qui est en vigueur sur tout le réseau. L’autre policier, un peu à l’écart, fouille mes sacs, ensuite il se met à regarder mes photos personnelles et mes vidéos sur mon iPad. Je proteste et lui dit que c’est une intrusion illégitime dans ma vie privée. Visiblement, il s’en moque. Pire encore, ce même policier a volontairement effacé une de mes séquences vidéo, sans mon consentement évidemment. Je lui ai dit qu’il n’avait pas le droit de faire ça, d’autant plus que je l’avais avisé au préalable (au moment il a saisi mon iPad) de ne pas en modifier le contenu. J’ai insisté à plusieurs reprises pour connaître leurs noms et matricules. Leur noms étaient en effet cachés sous leurs dossards, donc invisibles, mais vers la fin, ils m’ont finalement donné leur noms et matricules: agent Chapdelaine matricule 2108 et agent Lopez matricule 6200. Tout au long de l’intervention, ils ont agi avec rudesse, sans aucune diplomatie ni courtoisie, ils me tutoyaient (alors que je les vouvoyais), l’un d’eux a usé de force physique non nécessaire à mon égard. Entre-temps, je suis allé voir ce qu’était le règlement AC-3 et je constate que ça n’existe tout simplement pas! Je suis dégoûté de cet État Policier. C’est de l’intimidation. Cherche-t-on à faire en sore que les gens qui portent le carré rouge se sentent comme des criminels? C’est dégueulasse. » 

Deuxième témoignage:

Lu sur witter : 
Avoir dans son sac 1984 (Georges Orwell), La liberté n’est pas une marque de yogourt et De la propagande méd. en démo. = arrestation»

Pour éviter de tels situations, connaître ses droits entant que citoyen et la démarche à suivre  est TRÈS importante. La CLASSE partage une image sur les réseaux sociaux expliquant la démarche à suivre si l’on est interpellé et ce dans différent contextes.

Voici le lien pour voir l’image en format original: http://i.imgur.com/fZpCg.png 

Si vous recherchez plus d’information il existe un document sur internet qui s’appel : Surprise on a des droits. Je trouve le document pertinent puisque d’être informé est la base d’un bon fonctionnement en société. Je vous offre le lien que la CLASSE propose sur le site internet, je crois qu’ils l’ont modifier pour rajouter des sections sur les manifestations mais l’essentiel est présent: http://www.bloquonslahausse.com/informations-legales/surprise-on-a-des-droits/

Je termine en disant que j’ai un énorme respect pour les policiers, je travail avec eux souvent à titre de pompier volontaire et entant que président de mon association étudiante, j’entre souvent en contact avec eux pour planifier des marches, des manifestations ou tout simplement pour avoir de l’information sur les lois qui régissent les actions (tel la loi 78) et j’aime entretenir de bonnes relations avec eux, et je vous invite à faire la même chose.



Political compass: votre  »alignement » politique et social

J’ai découvert il y a quelque temps le site web  »political compass’‘ (cliquez sur le lien pour y accéder). Un site qui vous pose une série de questions, en anglais seulement par contre, et par la suite vous propose un graphique sur votre positionnement soit à la gauche ou à droite au niveau économique et également sur l’axe vertical soit du libertarianisme (désengagement de l’état) ou bien de l’authoritarianisme (reprise de l’état). Pour vous donner un exemple :

Image

 Dans le graphique nous voyons, l’extrème gauche (communisme) ou bien très à droite le néo-libéralisme. Ne paniquez pas, si votre résultat tombe directement sur Hitler par exemple, çela ne veut pas dire que vous pronez automatiquement les mêmes idées que lui, c’est à titre indicatif seulement.  Je vous donne un exemple avec mon résultat:

 Image

 Selon l’interprétation des résultats je suis 60% à gauche et environ 65% au niveau Libertarien, signifiant un collectivism régional volontaire non imposé par l’état. 

 

Je vous invite à faire le test vous même et partager votre résultat ! C’est très intéressant comme test et même fort agréable

Une répression avec un à côté de F1

En ce dimanche ensolleillé sur Gaspé, dès mon réveil je fais la tournée des médias électroniques tel lapresse, Le Devoir en ligne, Cyberpresse, CNN et le Huffingtonpost pur me garder au courant de l’actualité hors de ma région.  Un article me captive, soit çelui de Catherine Lalonde et Raphaêl Dallaire-Ferland, Carrés rouges, vos papiers! 

L’expérience à été tenté afin de savoir si les gens portant des carrés rouges seraient  »victimes » de fouilles, d’arrestations préventive ou autres. Éffectivement ils ont étés interpelés par les policiers pour avoir porté un  »symbol révolutionnaire »

 Parce que vous arborez un signe révolutionnaire», répondra un agent, visiblement excédé, «pis parce que je suis tanné du monde comme vous.». Il porte une gaze à l’avant-bras, qui semble protéger une blessure. Pourquoi nous? N’est-ce pas du profilage? «On fait juste ça, du profilage criminel», poursuit le même agent. Le parc Jean-Drapeau ne serait plus un lieu public ?

«Aujourd’hui, c’est un lieu privé ouvert au public,» enchaîne un autre, sortant des sacs une mangue, un programme de saison de danse, des carnets de notes, des stylos. Rien d’illégal, rien qui ne laisse présager aucune intention criminelle. Pourquoi ne pourrions-nous pas en être? «Les organisateurs ne veulent pas de vous ici.» Le SPVM, aujourd’hui, répond donc aux besoins et désirs des organisateurs du Grand Prix ? «Tout à fait,» dira le matricule 5323, le répétant fièrement une deuxième fois lorsqu’on lui redemandera.

Le carré rouge n’est pas un symbole révolutionnaire comme tel, mais bien un symbol adopté en 2005 par le mouvement étudiant, soit pour appuyer les étudiants  »carrément » dans le rouge. Son lien avec la grève étudiante, la violence et l’intimidation  »comme le mentionne si souvent le premier ministre Charest »  est en faite presque inexistant et selon moi est un sophisme bien calculé, le carré rouge est tout simplement un appui aux étudiants.

Nos valeurs ont elle  »pris le champ » tel une F1 avec un mauvais pilote ? Depuis quand c’est  »juste » de défendre un grand prix de F1, mais très acceptable de, matraquer, poivrer, intimider, repousser, discriminer et réprimer la jeunesse qui mène un combat contre un gouvernement qui na plus les mains sur le volant, mais qui donne des subventions directement des fonds public à Bernie Ecclestone. L’évènement apporte des retombés économiques pour Montréal, mais au prix de la liberté d’une jeunesse?

Un autre point qui est venu me heurter est l’utilisation de plus en plus fréquente de l’article 31 du code criminel.

 31. (1) Un agent de la paix qui est témoin
d’une violation de la paix, comme toute personne
qui lui prête légalement main-forte, est
fondé à arrêter un individu qu’il trouve en train
de commettre la violation de la paix ou qu’il
croit, pour des motifs raisonnables, être sur le
point d’y prendre part ou de la renouveler.

Source: http://laws-lois.justice.gc.ca/fra/lois/C-46/page-12.html#docCont

Motif raisonnable en 2012: Porter un carré rouge?

À suivre…

Image

Étoile de la semaine: Défi Gratte-Ciel

Le défi gratte-ciel vous connaissez ?

La tour de la bourse de Montréal fais près de 48 étages, en temps normal les gens montent par des moyens méchanique et non par les marches, par contre le 1er juin prochain, plusieurs membres des services d’urgence de partout au Québec iront tenter d’accomplir un exploit personnel et par le même coup amasser de l’argent pour la dystrophie musculaire. Pour les gens atteint de dystrophie musculaire, monter un étage seul est presque impossible, monter une seule marche est un exploit.

Image

Un pompier volontaire de la Ville de Gaspé tentera de gravir la tour de la bourse et ses 48 étages non pas une seule fois, mais bien 11 fois ! Un total de 528 étages dans une même journée, avec près de 75 livres d’équipement de combat d’incendie. L’équipement conserve la chaleure et le masque respiration (pas branché biensûr) restreint l’accès à l’oxygène, rendant la tâche encore plus difficile !

Sylvain Girard âgé de 45 ans, oeuvrant dans le service incendie de Gaspé depuis près de 15 ans, devra monter un total de 12 375 marches pour une cause qui lui tient à coeur. Aujourd’hui il pratiquait la montée au centre d’achat, à contre-courant dans un escalier roulant pour amasser des dons. En date de lundi dernier il avait déja plus de 1500$ et le montant augmente d’heure en heure.

Pour citer Sylvain,  »Après 30 étages, le coeur crie  »Repos ». Après 192 étages mes jambes cient  »Pitié ». Après 384 étages, ma tête est la seule force capable encore de pousser mes pieds à chacune des marches. Après 528 étages, le corps est ancré dans un rythme que ni notre tête, ni nos pieds ne contrôlent. »

Mon étoile de la semaine et dédiée à Sylvain Girard, pompier de Gaspé, qui tentera l’impossible pour aider ceux qui vivent l’impossible à chaque jour.

Pour plus d’information  www.defigratteciel.com

Image